Archives de catégorie : Créativité

INNOVATION TOOLS: UX, c’est quoi ce truc?

ux

(Cet article fait partie de la Série Innovation Tools d’INNOWEO)

Aujourd’hui vous trouverez difficilement une entreprise qui n’ait pas au cœur de sa stratégie l’User Experience (« expérience utilisateur » en bon français)

Qu’est ce que s’est?

Bien entendu, premier réflexe quand on cherche à connaitre quelque chose, on va sur WIKIPEDIA (enfin moi en tous les cas je fais ça):

L’expérience utilisateur (en anglais, user experience, souvent abrégé en UX) est un terme des années 2000 qui tente de qualifier le résultat (bénéfice) et le ressenti de l’utilisateur (expérience) lors d’une manipulation (utilisation provisoire ou récurrente) d’un objet fonctionnel ou d’une interface homme-machine (via une interface utilisateur) de manière heuristique par un ensemble de facteurs.

Contrairement à l’utilisabilité, ce concept n’est pas strictement pragmatique dans le sens ou il sous entend un impact émotionnel cumulé à un bénéfice rationnel, il est entendu que la démarche est bien de créer une expérience agréable. Ainsi les définitions respectives des deux termes permettent de relativement bien appréhender la notion.

En un mot comme en cent, l’UX c’est la manière dont un utilisateur appréhende votre produit, dans son interaction, dans son environnement, dans sa pratique. Le concept d’UX c’est donc s’appliquer à optimiser cette appréhension pour qu’elle soit la plus positive possible, à la fois pour vous et l’utilisateur. On peut donc dire que l’UX c’est la rencontre:

  • de la technologie pure
  • du design d’interface
  • de l’ergonomie
  • de l’émotion de l’utilisateur
  • de l’impact de l’environnement sur une utilisation produit.User experience UX

En cela l’UX se veut une approche plus complète que le design simple.

 L’UX et le product Life CycleProduct life cycle

L’UX a vocation d’intervenir à tous les stades du cycle de vie d’un produit. Elle peut permettre de définir, designer et concevoir un produit à son origine, l’optimiser en phase de croissance, le rationaliser en maturité et en déclin.

L’UX et le Lean

Qu’on le veuille ou non les techniques d’UX et plus généralement de Design Thinking ont un penchant très LEAN. Aller récupérer les insights des utilisateurs, observer les pratiques d’utilisation, tout cela ressemble fort au « Go to Gemba » du Lean. De plus, l’UX par son côté Design a tendance à promouvoir le « juste nécessaire » en terme à la fois de fonctionnalité (Ne pas perdre l’utilisateur dans un foisonnement de fonctions), d’interface (Ne présenter à l’utilisateur que la bonne information) et en terme de Design (pas de fioriture, le juste Design)

Les outils de l’UX

L’UX utilise tous les outils du design et du design thinking pour évoluer. On notera notamment:

  • Observation utilisateur,
  • Wireframing et prototyping
  • Tests (A/B, etc…)
  • MindMapping
  • Représentation graphique des donnéesWireFramingMindMapping

Et nous dans tout ça?

L’UX est finalement une composante saine en développement de produits ou de service. C’est sans aucun doute un outil aujourd’hui sous utilisé par les départements et les chef de produits. Je crois que le hack se trouve par contre plus dans l’ingénierie pour appliquer l’UX aux outils/outillages plus qu’aux produits finaux. L’UX orienté vers le monteur de la chaine de production (qui devient l’utilisateur dans ce cas), plutôt que vers l’utilisateur du produit final.

 

Et vous, comment utilisez-vous l’UX? Qu’en pensez-vous?


Quelques ressources UX
balsamiq mock-up, mon plus vieux site de Wireframing, je l’utilise depuis près de 5 ans, c’est en l’utilisant que je me suis intéressé à l’UX
UXmatters, un super site UX
UX magazine, mon préféré
UX DESIGN, un trésor de liens et de ressources
UX Mastery, un concentré d’UX


 

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.

Product Review: IDEO method card

Ideo Deck (credit IDEO)
Ideo Deck (credit IDEO)

 

I have tried to get one IDEO Method card deck for months. After a couple of tries I found a gentle way to ship it from the US. A colleague from SF bring them to Charlotte and then another one took it back to France. A nice way to avoid the prohibitive shipping cost…

To be frank I haven’t opened it for a while. But now that I start this blog on a daily basis I think it is interesting to present it to you and how I have used it so far.

The Deck

The deck is organised in 4 sections comiling 51 cards in total. Each card presents the HOW and the WHY of the tool.

  1. Learn
  2. Look
  3. Ask
  4. Try
IDEO Method card
IDEO Method card on my desk while writing this post

How to use it?

The cards are designed to help you innovate by giving you some inspirations. You can quickly look at the cards and see which one fits with your goal, flip it and see what the tool is like. And go.

My opinion

Well… nice cards by the way. To be honest I must have missed the point. I don’t see really where this gives you inspiration and faith to use the tools that are « described ». The description of tools are too succinct and there are no methodology about how to apply it in reality. However I have tried only a few times so… If you have some experience with it plese share.

And you, how do you use the IDEO cards? Do you have good examples?


 

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.

 

Innovation myths: Disruptez!

Innovation de rupture

(cet article fait partie de la série Innovation Myths d’INNOWEO)

Le corolaire du « soyez créatifs! » est le « innovons maintenant ».

Oui, allons-y, « disruptons tout », « révolutionnons le business », « cassons les codes »!!!

Ahhh l’innovation de rupture. Tout le monde en rêve. Moi aussi je l’avoue. Qui ne voudrait pas un jour voir son nom associé avec une révolution si important qu’elle marquera l’histoire de sa boite? qui ne rêve pas de participer à ce genre d’aventure?

Le problème c’est qu’aujourd’hui on ne parle plus que de ça. L’innovation de rupture par ci, de rupture par là…. Bref on ne cherche plus que ça. L’océan bleu du Business, l’île paradisiaque de la Marge, confortablement allongé sur le Produit du Moment.

Le graal de l’innovation de rupture

L’innovation de rupture est avant tout un coup marketing. C’est révolutionner un marché ou l’inventer ou juste passer un petit coup de peinture sur la façade. Mais ça fait rêver tellement tous les MBAs de la terre que ça se retrouve maintenant comme un leitmotiv des politique d’innovation impactant l’orientation des budgets, des stratégies etc…

Un petit sondage en passant

Combien listez-vous d’innovation de rupture ces dernières années, disons ces 10 dernières années?

[poll id= »2″]

Je reviendrais sur les résultats du sondage mais pour moi il y en a très peu.

Est ce que l’innovation de rupture est un modèle « normal »?

Ma réponse est claire: NON. La « variation autour d’un modèle de base est l’un des formes les plus simples et les plus courantes d’innovation »*. Je ne vous ferais pas le coup de la théorie de l’évolution qui fait évaluer les organismes vivants par petites touches. Par contre, tout miser sur l’innovation de rupture, c’est nier l’importance majeure des innovations incrémentales et de l’amélioration continue. Alors certes, la détection automatique de la pluie par nos voiture est moins sexy que le dernier iBidulle. Cela dit est-ce de moindre valeur? Le monde de l’automobile n’a pas disrupté depuis des lustres, même l’Espace ou la Twingo, même Tesla et ses voitures électriques ne sont que des évolutions finalement logiques. Pourtant c’est l’un des domaines les plus innovants actuellement (notamment parce que la guerre y est féroce). Prenez une voiture qui a 5 ans d’âge. Comparez là avec un modèle d’aujourd’hui (même gamme, même constructeur hein, faut pas tricher 😉 )

 L’innovation de rupture est une marotte…

…qu’il faut chercher, à la marge des actions d’innovations plus classiques, plus incrémentales, plus fonctionnelles, plus opérationnelles qui font notre business d’aujourd’hui et de demain. Si on a un peu de chance et un process performant, on arrivera à sortir une innovation ambitieuse qu’on pourra appeler « de rupture ». Mais comme toujours, tout est question d’équilibre. Chercher la rupture certes, mais sans renier, au moins un petit peu, la continuité.

 

*(Innovation et créativité, les grands dossiers des Sciences humaines)

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.

Innovation tools: La résolution de problèmes… en innovant

(cet article fait partie de la série Innovation tools)

Cela faisait longtemps que j’avais en tête de trouver un compendium des méthodes de résolutions de problèmes.
J’ai trouvé mon bonheur, enfin en partie, grâce à ce fichier PDF particulièrement bien fait.

Il reprend les différentes méthodes connues ou moins connues de résolutions de problèmes.
C’est un compendium dont je me sers très régulièrement.

Téléchargez le PDF

(article initialement partagé sur LinkedIn)

 

 

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.

Innovation Myths: L’innovation de Garage

(Cet article fait partie de la série Innovation Myths d’INNOWEO)

HP. Apple. Microsoft. Facebook. Google. Officiellement tous sont presque nés dans une chambre d’étudiants ou dans un garage.

Garage HP
C’est dans un tel garage qu’a débuté HP. Le mien ne ressemble pas à ça mais bon, pourquoi pas moi?

Wouahou! Dans un garage.

Cette partie de la légende me permet de me dire « hey, les gars (et les filles), j’ai une voiture moi aussi… Je pourrais aussi lancer un truc dans mon garage »

Si les éléments permettant de dire si ces entreprises sont réellement nées dans un garage ne sont pas franchement d’une grande importance, le mythe de l’innovateur dans son garage qui met au point un produit révolutionnaire en dehors de tout circuit habituel, de toute interaction avec le monde extérieur, celui du visionnaire qui y croit quand les autres sont dans le faux, ce mythe là a encore de beaux jours devant lui car, marketing-ment parlant, il permet à tous de s’identifier à ces fondateurs et  permet à ces entreprises de nous vendre une partie de ce rêve.

S’il ne faut pas nier l’aspect visionnaire, le sens du « bon produit au bon moment » de ces entrepreneurs, prendre ces histoires au pied de la lettre, sans aucune remise en perspective, est dangereux. Cela sous-entend que l’innovation est le fait de génie, de visionnaires et qu’il est difficile d’innover sans faire partie de cette caste.

Prenons Steve Jobs (par hasard).

On voit souvent en lui un inventeur, capitaine d’industrie. Cela est  vrai bien entendu. Mais on oublie souvent que les innovations qu’il a brillamment intégrées dans le MacIntosh sont apparues à la même époque ou avant au XeroxPark (Interface graphique, souris…) situé lui aussi dans la Silicon Valley.  Au même moment, Tandy, Commodore, Olivetti sortent des ordinateurs personnels. Et c’est un francais, Francois Gernelle [edit: Merci Pascal pour la correction ] qui a sorti le premier microordinateur: le Micral.

L’innovateur visionnaire vivant coupé de tous, ayant l’étincelle magique,  donnant naissance à un produit juste génial dans son garage ne tient pas. C’est bien la concomitance d’avancées technologiques et d’une vision qui arrive au bon moment qui fait la valeur d’une innovation.

Bien entendu lorsque ces éléments se retrouvent dans un même lieu (la Silicon Valley), ça aide. Il n’y a pas alors à aller chercher bien loin pour trouver tous les ingrédients nécessaires. C’est ça la force de la Valley.

Qu’on le veuille ou non, l’innovation, surtout l’innovation de rupture, celle qui révolutionne nos USAGES, n’appartient pas à une tribu d’élus. Elle est la résultante d’un environnement, technologique, marketing et de la rencontre des germes qui vont la faire éclore. Une unité de technique, de lieu et de temps. C’est un processus rigoureux.

Comment cela impacte nos entreprises?

Si l’on veut dépasser les innovations incrémentales qui ne font que faire de petites modifications, certes très bénéfiques mais que ne révolutionnent ni nos business ni nos technologies, il faut être capable de reconstituer au sein de l’entreprise cette trilogie d’excellence technique, commerciale/marketing dans une même temporalité. C’est exactement ce qu’essayent de faire aujourd’hui la plupart des grands groupes en mettant en place des fablab, des incubateurs et des actions pour promouvoir la culture de l’innovation et l’intrapreneurship. French Tech va également dans ce sens. Les écosystèmes en cours de formation, notamment dans les grandes villes de région (Toulouse, Lyon bien entendu mais surtout Grenoble avec la présence d’acteurs reconnus – STMicroelectronics, le CEA… – et d’un tissus de start-ups très vigoureux) sont aussi de la partie. Récréer cette environnement propice, cette culture de l’innovation founit un vivier d’initiative parmi lesquels se développent déjà la pépite de demain.

 

 

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.

INNOVATION TOOLS: une équipe créative?

cretivite

Qui n’a jamais rêvé d’une nouvelle approche business qui révolutionne les marchés? Qui n’a jamais rêvé d’un nouveau produit tellement performant qu’il remet en question la nature même des marchés? Qui n’a jamais rêvé disposer d’une équipe capable de réaliser toute ces prouesses?

J’anime des sessions de créativité depuis plus de 10 ans maintenant. Je ne les ai pas compté précisément mais je dois être aux alentours de la centaine, dans des grands groupes ou des PMEs. Les équipes ont à leur actif de nombreux nouveaux produits, services et de nombreuses nouvelles approches. Je dois être ici honnête, pas de iTunes ou de Spotify dans ma musette mais quelques beaux succès commerciaux.

J’y ai appliqué de nombreuses méthodes de créativité sur des problèmes très variés: process, services, réorganisation, produits… avec des ouvriers ou des execs. Il m’est même arrivé, pour valider l’intérêt de ces méthodes, de traiter un même sujet avec plusieurs méthodes et même sans méthode. Toutes ces expérimentations m’ont convaincues d’un chose un peu triviale je dois l’admettre: l’équipe est primordiale. Sans équipe performante, pas de créativité constructive, pas d’idée détonante, pas de concept prometteur.

Qu’est ce qu’une équipe créative et comment la constituer? Mettons les choses au point dès à présent: il y a une part de chance dans la constitution d’une équipe et dans l’alchimie qui produira de bons résultats. Bien entendu quelques règles s’appliquent mais l’humain étant par définition imprévisible, la manière dont l’équipe s’agrégera en un tout efficace découle d’un savant équilibre qui, je l’avoue encore une fois, m’échappe encore dans sa totalité…

Diversité des talents, des points de vue, des expériences.

Si l’alchimie d’un groupe résulte d’un processus complexe, des facteurs clairs sont permettant de générer plus de créativité ont été depuis longtemps identifiés: la diversité. On prend ainsi en compte l’origine des personnes, leur expérience, leur parcours, leur fonction dans l’entreprise, leurs aspirations etc… tout cela sert bien entendu à maximiser l’étincelle initiale et la fertilisation croisée.

Diversité des caractères

Très important de mon point de vue est de créer une atmosphère d’enrichissement croisé (de fertilisation) en mixant les profils. Les célèbres chapeaux de Bono seront ici appelés à l’aide. Les caractères des différents participants doivent être complémentaires pour permettre à tous d’enrichir les idées initiales à la fois de son savoir-faire mais également et surtout de son savoir-être. Cela limite les dérives et remet aux concepts les plus farfelus, les pieds sur terre. Par contre, s’il est un profil à prévoir de manière automatique dans une groupe de créativité, c’est bien…un créatif. L’étincelle initial doit jaillir de quelque part. Le créatif est la personne qu’il faut absolument embarquer à tout prix.

Des règles strictes

Il est très important d’obtenir un consensus, dès le premier atelier, sur les règles à respecter. Je ne les rappellerai pas ici mais il est clair que les règles du groupe, et éventuellement un signal de dépassement de ces règles (une clochette, une sirène…)permettent à tous de s’exprimer et facilitent ainsi l’enrichissement mutuel.

Et l’animateur dans tout ça?

Ah…. L’animateur. D’ailleurs personnellement je préfère un anglicisme pour les groupe de créativité: le facilitateur. Combien de fois ai-je entendu « on y serait arrivé de toutes façons… » ou bien « il a déroulé sa méthodo c’est la méthodo qui fait tout… »??? Oui, j’avoue, la méthodo fait beaucoup. Dans la créativité, pour libérer les idées et les imagination dans aboutir à des résultats délirants, il faut beaucoup de structure et de quelque part de process. Mais la manière dont tout cela est mené est primordiale. Amener les phases de manière fluide et logique, stimuler à certains moments, calmer à d’autres, identifier les créatifs, les matheux, les sceptiques etc… sont des qualités que la méthodes n’enseignent pas et qui sont primordiales pour les résultats du groupe. Amener le groupe à sortir de sa zone de confort tout en donnant le sens et la confiance nécessaire à ce lâcher-prise, sans poser de limite, c’est toute la plus-value d’un facilitateur de créativité.

Pour avoir une bonne équipe de créativité, il faut une bon groupe, varié, complémentaire et un bon animateur… Bref, il faut des hommes et des femmes qui dans leurs interactions donneront naissance à nos business de demain.

Nurturing a Culture of Innovation

C’est toujours intéressant d’avoir le retour d’expérience d’autres praticiens de l’innovation sur la culture de l’innovation et comment la mettre en place et l’entretenir…

Original article

JOIN THE INNOWEO COMMUNITY

No spam only valuable emails from INNOWEO, your data will not be shared.