Innovation vs R&D

J’ai lu récemment un article très intéressant de Merkapt (ce n’est pas la première fois que je tombe sur des articles très bien de chez Merkapt, c’est devenu un de mes blogs préférés) intitulé « Mesurer l’intensité de l’innovation ».

Si cet article est très intéressant en soi, c’est plus ses implications dans nos pratiques journalières qu’il m’interpelle.

L’innovation est technologique… et business

Si l’on reprend son premier graphique (cf ci-dessous), on y voit la zone incrémentale, peu risqué, en gris et une zone plus risquée en rouge.

iamge de merkapt

Cette approche est très similaire à celle que nous avons mise en place pour suivre nos projets d’innovation avec une matrice Technologie / business, sans doute plus opérationnelle mais traduisant la même ambition, c’est-à-dire savoir innover sur les 2 aspects fondamentaux de l’innovation, la technologie et le business et les maitriser tout au long de nos projets.

Bien entendu, la zone incrémentale est la zone dans laquelle 80% du CA est réalisé et dans laquelle les multinationales évoluent. C’est l’Océan rouge dans lequel la concurrence est la plus forte. Elle est interdite aux start-ups. A contrario la start-up ne doit pas aller trop loin dans l’espace rouge car à ce moment-là elle prendrait trop de risque pour arriver sur le marché. Tout cela l’auteur nous le dit très bien.

Peut-on innover dans une organisation établie ?

Je m’interroge sur les pratiques que je croise lors de mes visites et de mes échanges Innovation Grands comptes ou PME. Nos structures détestent le risque. Le ROI est quasi obligatoire pour lancer un projet, le Business Model est un requis. Beaucoup d’entre nous ne pourraient pas aujourd’hui aller travailler dans la partie inconnue où la valeur de demain se décide. Passé un cap, les organisations sont beaucoup moins à même, pour ne pas dire plus du tout, d’innover de manière profonde car leur processus ne le leur permet plus.

C’est tout le sens de l’approche dissociée Innovation / R&D, qui, si elle n’a pas de sens académique, a un sens opérationnel certain. Nous testons cette approche avec succès depuis quelques années maintenant. Dissocier les process de R&D qui évoluent dans la partie maitrisée et les process de l’innovation qui évoluent dans la partie incertaine permet de redonner aux organisations une partie de cette possibilité à innover « comme une start-up ». Un certain nombre de prérequis sont nécessaires pour éviter de nombreux pièges mais les résultats sont encourageants. La mise en oeuvre est certes difficile et le besoin de résultats prégnant mais l’aventure est motivante.

L’importance du Leadership.

L’innovation est avant tout une question de posture. Une posture culturelle d’entreprise, une posture organisationnelle mais surtout une posture managériale. Créer les conditions favorables à une innovation rapide et durable requiert un leadership certain à tous les niveaux de l’entreprise. L’innovation doit être au centre de la stratégie et acceptée comme le réel levier de la future croissance

Et vous qu’en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *